DEUX PETITS CHAUSSONS..


 Ecoutez cet air

C’est L’histoire banale

De ce ver de terre

Amoureux d’une étoile

Histoire d’enfant

Qui fait souvent pleurer

Les grands

1172146107740.jpg

Deux petits chaussons de satin blanc

Sur le coeur d’un clown dansaient gaiement

Ils tournaient,tournaient,tournaient,tournaient

Tournaient toujours

Plus ils tournaient,plus il souffrait du mal d’amour

Deux petits chaussons et par dessus

Les plus jolis yeux que l’on ait vus

Sous de longs cheveux légers,légers

Et qu’il était bien obligé d’aimer

27ndnspa.jpg

Le nez vermillon

Le chapeau sur le tempe

Comme un papillon

Sous les feux de la rampe

Le soir,il jouait

Mais tandis que les gens

riaient….

1172146144484.jpg

Deux petits chaussons de satin blanc

Sur le coeur d’un clown dansaient gaiement

Ils ont tourné,tourné,tourné qu’un soir d’été

Le coeur du clown trop essouflé s’est arrêté

Deux petits chaussons de satin blanc

Sur le coeur d’un clown dansaient gaiement

A vingt ans,on ne sait pas toujours

Que même un clown,ça peut mourir d’amour!

18855322_w434_h_q80.jpg

(Chanson extraite du film « Limelight »,interprété par Charlie Chaplin)

« Les feux de la rampe »

10 réflexions sur “DEUX PETITS CHAUSSONS..

  1. Eh bien,Didi,si je t’ai ramené en arrière et que c’est un bon souvenir,je suis heureuse de te l’avoir rappelé.
    Une maman,c’est éternel et on y pense bien souvent.
    La mienne n’est plus de ce monde,non plus.Elle s’en est allée le 9 mai 90.c’était un jeudi.Le dimanche suivant,c’était la fête des mères.Impossible d’oublier cette date.La mienne allait avoir 80 ans et elle est toujours dans mon coeur!……..Harmony.

  2. tu viens de me ramener loin en arrière avec cette chanson,ma mère qui avait une très jolie voix la chantait souvent,elle est décédée le 1er aout 91 à 70 ans,merci de m’avoir rappelé ce joli souvenir,Didi

  3. Je ne connais pas cette chanson,c’est triste ces paroles.Tu l’as bien illustrée, avec ce beau clown triste et la photo de Chaplin et sans oubliée les danseuses.

  4. Non CR,Harmony n’est pas redevenue Mélancoly!
    J’ai pris plaisir à retrouver ces paroles inspirées par une mélodie.
    Bien sûr,j’aurais pu être le clown triste,sûrement pas la danseuse étoile!Je me suis simplement laissée guider par la musique et le reste a suivi.N’est-ce pas bon de se laisser porter par l’inspiration!Même si cette histoire est triste,elle valait bien la peine d’y prêter une quelconque attention!Si poète,on est,on peut parler de tous les sentiments!Chaque article est différent!On peut passer du sourire aux larmes et inversément! 😉

  5. Salut Jean Pierre.Tu ne me prends pas pour une artiste,je n’ai pas cette prétention mais il est vrai que la musique inspire,des fois.Ce fut un grand plaisir de retrouver ces paroles qui datent d’un certain temps.Le plus dur fut de trouver les illustrations car des clowns tristes,il n’y en a pas beaucoup et les danseuses « étoiles » se cachent!Mais le résultat est là et je pense qu’il te convient! 😉

  6. harmony… te voila redevenue mélancoly… quelle belle chanson… de clown… qui tourne mal… mais elle est très belle très douce… rien n’est perdu… il suffit de retrouver la clef… la bonne… la clef des champs… la clef du temps… et le manège peut se remettre à tourner… danser… tournoyer… comme les petits chaussons blancs… la musique… n’est-elle pas féérique de nous emmener dans un univers magique? CR

  7. Nicole.Tu as si bien décrit les sentiments contenus dans cette chanson que je ne peux rien ajouter de plus sauf que les rêves ne se réalisent pas toujours et que chaque être,ici-bas ,a besoin d’un amour partagé sinon l’amour ne sert à rien!Bisous.

  8. Je n’étais pas là de la jour est Nicole est passée avant moi, ce n’est pas un reproche mais vu la beauté des paroles et la source de l’inspiration j’aurais aimé être le premier à te dire un grand Bravo pour le texte et la présentation de cette page.
    C’est donc vrai que la musique inspire les artistes !! 😛

  9. Tu as choisi une belle chanson, mais bien triste, parfaitement illustrée, un amour inaccessible et non partagé, ronge un être humain jusqu’au désespoir. Ces deux petits chaussons devaient ignorer qu’ils faisaient l’objet d’un si grand amour. Gros bisous.

Les commentaires sont fermés.